ReGoKo - les suites

Le projet ReGoKo a été finalisé à la fin de l’année 2015, mais nous sommes heureux de remarquer que son impact va bien au-delà de sa date de clôture.

Avec l'aide de ReGoKo, un plan d'action vers la révision de la stratégie environnementale de l'Egypte a été mis au point. Le travail réalisé dans le cadre de cette activité alimente directement la mise à jour du Plan d'action national pour l'environnement de l'Egypte pour la période de 2017 à 2022.

Au Liban, ReGoKo a financé une évaluation environnementale stratégique (EES) de la nouvelle stratégie du secteur de l'eau du pays. Le Liban est en effet le premier des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée avec une législation formelle sur l'emploi de l'EES. Ainsi, cette EES particulière financée par ReGoKo représente un moyen de piloter l'application du décret EES au Liban et elle permet en même temps d’en tirer des enseignements précieux pour les autres pays bénéficiaires, tous visant à développer leur propre législation dans le domaine. Cette EES contribue ainsi au travail législatif actuel dans le domaine de l'EES dans les pays bénéficiaires de ReGoKo.

Aussi au Liban, ReGoKo a mis en œuvre des audits environnementaux qui permettent désormais aux entreprises industrielles de participer et de bénéficier du projet LEPAP actuellement en cours au Liban et qui vise à réduire la pollution environnementale à travers des mécanismes de financement innovants.

Au Maroc, ReGoKo a réalisé une analyse du système d'évaluation d'impact environnemental (EIE) dont les recommandations sont maintenant d'une grande utilité pour le processus de révision de la loi EIE 12-03.

En Palestine, des mesures de dépollution prioritaires ont été identifiées, conçues et chiffrées pour 20 entreprises du secteur de la pierre et du marbre en Cisjordanie. Bon nombre de ces mesures viennent avec un bon retour sur investissement. Des organismes de développement bilatéraux ont déjà manifesté leur intérêt pour le financement de certaines de ces mesures de dépollution.

En Tunisie et au Maroc, ReGoKo a fourni un appui pour les observatoires nationaux et régionaux de l'environnement et du développement durable et les résultats de cette activité sont maintenant utilisés pour créer des observatoires régionaux en Tunisie et pour la révision du modus operandi des observatoires régionaux et national au Maroc.

Suite aux travaux réalisés sous ReGoKo en matière de soutien à l’application des lois MARPOL, une réunion du réseau MENELAS a été organisée en Septembre 2015 par le REMPEC, poursuivant ainsi le travail initié par ReGoKo. En effet, ReGoKo avait organisé, en Juin 2013, une réunion régionale des agents chargés de l'application des lois MARPOL contre les rejets illicites en mer dans le but de lancer le réseau méditerranéen de ces agents, appelé MENELAS. ReGoKo avait également permis de créer le site web de ce réseau.

ReGoKo a fourni une importante contribution à l'approche écosystémique de la Convention de Barcelone (EcAp), à travers le développement de quatre études nationales portant sur l'évaluation socio-économique des activités maritimes en Egypte, au Liban, au Maroc et en Tunisie. Ces études ont piloté les évaluations socio-économiques au niveau national au sein d'EcAp, qui est récemment entrée dans sa deuxième phase EcAp Med II.

Sur le plan régional, l'ensemble des activités de ReGoKo contribue également à la mise en œuvre de la nouvelle stratégie méditerranéenne de développement durable, comme indiqué dans le rapport d'achèvement de ReGoKo.